Le 1er Régiment d'Infanterie

Le 1er Régiment d’Infanterie,
40 ans de présence à Sarrebourg

http://www.ri1.terre.defense.gouv.fr

Bref historique
Né en 1479 de vieilles bandes de Picardie, il a traversé toutes les époques et participé à toutes les campagnes que fit la France avec leurs cortèges de victoires et de drames. Au cours de la Grande Guerre, le 1er Régiment d’Infanterie s’illustre à Guise, en Argonne, dans la Somme et au Chemin des Dames. En 1940, il défend héroïquement Dunkerque puis reprend clandestinement la lutte, ce qui lui vaut l’inscription  Résistance Berry  sur son drapeau.
Sentinelle aux marches de l’Est, le 1er RI subit plusieurs réorganisations et s’installe à Sarrebourg en 1968 avant le tournant de 1984 et la création de la FAR (Force d’Action Rapide). Professionnalisé en 1985, il devient le régiment de combat aéromobile de la 4ème division aéromobile.
En 1999, régiment d’infanterie blindée sur VAB (Véhicule de l’Avant Blindé), il passe sous subordination de la 1ère brigade mécanisée. Il est projeté sur tous les théâtres d’opérations extérieures (Liban, Kosovo, Tchad, Côte d’Ivoire, Afghanistan…).

Le régiment
Fort de près de 1 200 hommes et femmes organisés en : une compagnie de commandement et de logistique (CCL), une compagnie d’éclairage et d’appui (CEA) comprenant une section d’aide à l’engagement débarqué (SAED), une section antichars (SAC), une section de reconnaissance régimentaire (SRR) et une section de tireurs d’élite (STE), de 4 compagnies de combat à 4 sections, d’une compagnie d’instruction et d’une compagnie de réserve, le 1er RI s’entraîne au combat motorisé et débarqué.
Seul régiment de la région Terre nord-est à être en alerte GUEPARD 12h ou 24h, il a été engagé dans ce cadre en République Centre-Afrique en 2003.
Depuis 2002 il est spécialisé dans le renseignement et le combat en zone urbaine.

Ses principales missions
En tant que régiment d’infanterie sa principale mission est le contrôle du milieu terrestre. A ce titre il s’est spécialisé dans l’action en zone urbaine (AZUR) et la recherche de renseignement.

  • L’action en zone urbaine
    Comprend les actions de haute intensité (Beyrouth, Mogadiscio, Bagdad…) mais aussi de moyenne ou basse intensité (Sarajevo, Bouaké…). Décidé à s’adapter à ces nouvelles exigences, le régiment a développé un cadre général d’instruction collective ou individuelle et possède même une infrastructure dédiée à cet entraînement.
  • Le renseignement
    Arme du contrôle continu du terrain, l’infanterie possède et développe la capacité d’investigation et de renseignement de contact. En mission de contrôle de zone, auncun capteur spécialisé ne remplacera une compagnie qui vit au quotidien dans le secteur et possède une connaissance précise du milieu et des hommes qui l’habitent. C’est pour ces raisons que Picardie développe dans ses rangs une véritable culture du renseignement, fondée sue une expérience reconnue et toujours prête à s’enrichir.

Ainsi rénovée, la formation des engagées volontaires apparaît plus adaptée à la réalité des opérations extérieures actuelles. Elle correspond mieux également au métier de fantassin, toujours plus technique et exigeant.